un gang qui dévalisait des camions lancés à 90 km/h sur l’autoroute arrêté par les gendarmes

un gang qui dévalisait des camions lancés à 90 km/h sur l’autoroute arrêté par les gendarmes



Les 10 malfaiteurs ont été arrêtés dans le Loiret. Ils cambriolaient les camions qui étaient en train de rouler, sur l’autoroute. 

Dix malfaiteurs ont été interpellés, mercredi 6 novembre, à Saran, dans le Loiret, après une longue enquête de la gendarmerie, a appris franceinfo auprès de la gendarmerie nationale. Ils sont soupçonnés, pendant plusieurs mois, d’avoir délesté de leurs cargaisons, des poids-lourds pendant qu’ils roulaient sur l’autoroute. C’est la première fois que ce mode opératoire, spectaculaire, est observé en France.

Les dix personnes interpellées – originaires de Roumanie – sont soupçonnées d’avoir commis 21 raids nocturnes sur les autoroutes de plusieurs régions. En Centre-Val de Loire donc, mais aussi en Picardie, en Bourgogne-Franche-Comté, en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Île-de-France. 

À chaque fois, des poids-lourds acheminant des produits cosmétiques, du tabac et des produits multimédia ont été “délestés” de leur cargaison. Le préjudice global est estimé à plus de 3,5 millions d’euros.

C’est surtout le mode opératoire utilisé qui impressionne. Les vols avaient lieu alors que les camions étaient en train de rouler, sur l’autoroute. C’est du jamais vu en France, selon les gendarmes, même si la technique a déjà été utilisée aux Pays-Bas. À chaque fois, les chauffeurs victimes de ces vols ne se rendaient compte de rien. Les malfaiteurs prenaient en chasse le camion dès sa sortie de l’entrepôt de fret. Une fois sur l’autoroute, un premier véhicule venait se coller derrière le camion. “L’un des malfaiteurs sortait alors par toit ouvrant de la voiture, montait sur le capot, et fracturait les serrures des portes arrières du camion, avant de monter à bord de la remorque. Le tout à 90 km/h, et de nuit”, raconte à franceinfo le capitaine Romaric Leclerc, de l’office central de lutte contre la délinquance itinérante.

Un deuxième véhicule, un utilitaire, venait ensuite se positionner derrière le camion, avec une trappe aménagée sur le toit. Le premier malfaiteur collectait les cartons dans la remorque du poids lourd et les envoyait dans la trappe de l’utilitaire, où un deuxième malfaiteur récupérait la cargaison.

L’enquête a débuté au printemps 2018, après un premier vol en mouvement détecté par l’OCLDI. Le groupement de gendarmerie du Loiret et la section de recherches d’Orléans ont également participé à l’enquête, et à l’interpellation en flagrant délit du mercredi 6 novembre 2019, sur l’autoroute A 10. “Sur les 21 faits que nous avons matérialisés, à aucun moment les chauffeurs ne se sont rendu compte de ce qui se tramait à l’arrière de leur camion“, précise le gendarme.

Ce sont de vrais voltigeurs, nous avions nous-même du mal à y croire.Capitaine Romaric Leclercà franceinfo

“Quand nous avons constaté de nos propres yeux ce mode opératoire, nous avons aussi reconnu qu’il fallait faire preuve d’une certaine forme de courage et d’abnégation. À 90 km/h sur autoroute, derrière un camion, la situation n’est pas des plus confortables…” , précise le gendarme. Et pourtant, à aucun moment, sur les 21 cambriolages répertoriés par les gendarmes, il n’y a eu d’incident ni de chute.

Ce qui est étonnant, c’est que personne ne s’est aperçu de la situation. Aucun autre conducteur sur l’autoroute n’avait constaté ce mode d’action. Ils agissaient en pleine nuit, sur les coups de 2 ou 3 heures du matin. De vrais artistes.Capitaine Romaric Leclercà franceinfo

Des exploits dignes de cascadeurs qui n’ont pas empêchés les dix suspects d’êtres mis en examen et incarcérés, dans le cadre de l’information judiciaire ouverte pour vol en bande organisée, recel de vols en bande organisée et associations de malfaiteurs, pendant que l’enquête se poursuit.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *